Histoire

Histoire

 

A la croisée de chemins !

Sous le signe des loups, des chevaliers et des seigneurs de Laval, puis de la dynastie des Mérieux, l’histoire de Marcy l’Etoile mêle légendes et réussites.

Occupée dès l’époque gallo-romaine, Marcy était au Moyen Âge sous la protection de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem – qui deviendra l’Ordre de Malte – et de l’archevêché de Lyon. La Croix-Blanche à huit branches sur fond rouge que l’on trouve sur le blason, emblème des Chevaliers de Malte, témoigne de leur passage sur la commune.

A cette époque, cette région des monts du Lyonnais, couverte d’épaisses forêts, abritait de nombreuses bandes de loups. La légende rapporte qu’une chèvre, se réfugiant dans l’église, fut ainsi sauvée des crocs d’un loup. Marcy devint alors Marcy-Le-Loup.

Un manoir fortifié fut édifié sur la commune dès le XIIe siècle, puis détruit et, en 1723, Jean Boussin, dit « de la Croix », seigneur de Laval et trésorier de France, acquiert le domaine qui prendra par la suite le nom de « Lacroix-Laval ». Cette famille conservera ensuite le domaine durant près de deux siècles, transformant, sous l’égide de Soufflot, en 1776, l’ancien château en « maison de plaisance ». Leur devise « Il faut vouloir » est devenue celle de la commune de Marcy l’Etoile.

C’est en 1872 lors de sa séparation d’avec la commune de Sainte-Consorce que la commune a pris le nom de Marcy l’Etoile, en référence au bois de l’Etoile, dont les chemins se croisent en formant une étoile.

En 1897, Marcel Mérieux, élève de Louis Pasteur, fonde un laboratoire d’analyses médicales à Lyon qui devient l’Institut Mérieux. Après la Première Guerre mondiale, l’entreprise acquiert un vaste terrain à Marcy-l’Étoile, où de nombreux chevaux sont élevés afin de fabriquer du sérum anti-aphteux. C’est le début d’une extraordinaire aventure dans les domaines de la biologie et de l’industrie. Aujourd’hui, l’entreprise s’étend sur plus de 50 ha et y implante son futur siège mondial.